• Karajan

    Pierre-Jean Rémy

    La vie même de Herbert von Karajan est un roman : petit aristocrate salzbourgeois devenu enfant prodige ; étudiant viennois bûcheur acharné ; chef d orchestre de province pour qui seule compte la musique ; vedette à Berlin sous le régime national- socialiste auquel il ne peut pas ne pas donner des gages et des gages éclatants : il dirige Tristan à Paris en pleine Occupation devant un parterre d officiers allemands ; fuyant pourtant l Allemagne avant même la chute d un Troisième Reich où il n a pas que des amis pour se retrouver errant, en Europe, sans le sou, soumis aux interrogatoires serrés de tous les tribunaux de dénazification ; blanchi par ses juges, rebondissant au premier rang parmi ses pairs ; accumulant les succès et la gloire pour devenir ce qu il a voulu être toute sa vie : le premier ; souffrant, enfin, dans ses dernières années d intolérables douleurs, presque paralysé, en même temps qu attaqué à nouveau sans pitié sur son passé pendant les années sombres : un destin que l on oserait dire shakespearien. » P.-J. R." Un livre d'une constante finesse. " Diapason

  • Cordelia a vingt ans.
    Elle a les yeux bleus, la peau très blanche et les cheveux très noirs. Lorsqu'elle parle, elle rougit et elle baisse les yeux, regarde ses pieds : elle est alors très belle et on peut l'aimer à la folie... L'Angleterre, c'est celle d'hier et d'aujourd'hui. Le Londres des pubs et des longues soirées passées à parler avec des journalistes, des comédiens, des écrivains, des marchands de peinture : on boit sec et on s'écoute, on s'observe.
    On est entre soi, entre nous, entre amis. Et puis il y a la campagne anglaise autour. Ces villages que le siècle a à peine effleurés, ces parcs dessinés par des architectes-poètes sur les ruines d'abbayes perdues dans des prairies. L'un des derniers havres de paix, de grâce et de repos où il nous soit encore donné de vivre. Cordelia, ou l'Angleterre : voilà ce que Richard Muller, le héros de cette nouvelle éducation sentimentale d'un homme de quarante ans va donc tout à la fois découvrir et redécouvrir.
    L'amour fou d'une très jeune fille et la joie de parcourir en tous sens une ville, un pays qu'il a déjà aimés. Aventure délicate et mondaine, dès lors ? Marivaudages élégants et nostalgiques dans la vieille Angleterre ? Oui. D'abord... Et puis, insidieusement, le ton change. D'un peu terne et falot, Richard Muller se sent lentement devenir, au contact de Cordelia, un homme neuf, brillant, qui ne se reconnaît plus lui-même.
    Tandis qu'une à une les portes autour de lui se ferment. Ses amis lui tournent le dos, ses " affaires " - quelles affaires ? - périclitent : comme si, aimant Cordelia, il avait enfreint une règle cachée. Ayant arraché Cordelia aux siens, il avait dérobé quelque bien mystérieux. Et dès lors les événements vont se précipiter. Le groupe des " amis " deviendra société hostile, cruelle, fermée. Société secrète ? Les couleurs claires du début du récit s'assombriront pour virer franchement à celles du roman noir.
    Et si Cordelia ou l'Angleterre devenait alors une manière de conte fantastique, l'un de ces romans que les Anglais appellent " gothiques " ? Un roman noir, donc, angoissant, souterrain... A moins, bien sûr, que Richard Muller n'ait rêvé. Et que tout ce qui lui est arrivé - cette passion violente, le désir qu'il a eu de la raconter, les personnages étranges qu'il a pu croiser - n'ait été que le fruit de son rêve.
    Et que l'Angleterre - sans Cordelia - soit seulement ce pays vert et clair, Londres cette ville rose et verte où les souvenirs s'effacent aussi vite que courent dans le ciel les nuages d'après la pluie.

  • Chine

    Pierre-Jean Rémy

    Un roman qui serait l´histoire de tous ceux qui, de près ou de loin, ont vécu pour ou par la Chine - en Chine et ailleurs : dans le monde entier, hier et aujourd´hui ; un roman qui raconterait mille histoires d´amour, de haine, de mort, où le rêve et la réalité, le faux et le vrai, la politique, l´Histoire avec une majuscule et les destins de tous ceux qui la composent seraient confondus, mêlés, retrouvés ; un récit poétique et politique, haletant, rempli d´espoir et de désespoir : telle est cette Chine que nous offre Pierre-Jean Remy vingt ans après Le Sac du Palais d´Eté qui le fit connaître.
    Vingt ans après, Pierre-Jean Remy raconte le destin d´un groupe d´hommes et de femmes pour qui la Chine est tout à la fois l´aventure, l´évasion, la recherche, l´exil le plus absolu qui se puisse imaginer, une poésie, une métaphore. Dans les années 1988-1989, continue le récit de leur tête-à-tête avec l´Histoire : un espoir en même temps qu´un complot politique, un exercice de diplomatie-fiction où le Quai d´Orsay affronte le Foreign Office, une pièce de théâtre, des amours impossibles, des ambitions, des guerres...

  • Un témoignage unique et de première main sur la Chine de 1963 à 2008. De la Chine de Mao Zedong qui sembla un moment s'ouvrir au monde pour se refermer très vite avec les soubresauts de la révolution culturelle; de la Chine rouge jusqu'à la Chine de Deng Xiaoping, ouverte et multicolore, débordante de mille initiatives, témoin d'exception, Pierre-Jean Rémy a vu, observé et analysé. Journal d'un homme d'action, d'un observateur impartial mais aussi d'un romancier et d'un poète, ce livre raconte la Chine de tous les jours, mais aussi celle d'hommes et de femmes attachés à la voir devenir l'une des grandes puissances du monde, un pôle dans l'univers des idées et des arts, une Chine d'un modernisme effréné mais aussi une Chine millénaire, la Chine de toujours.

  • « Le plus surprenant était pourtant que ce fut à mon père qu'ait été adressée cette longue interrogation sur soi à laquelle s'était livré un homme que je m'étais jusque-là borné à considérer tout simplement comme un salaud. »

    Vincent Lange : écrivain volontairement oublié, rayé d'un coup de crayon rouge des histoires de la littérature, mort déshonoré en 1951, le lendemain de la mort de Gide qui fut son ami.
    Comment le compagnon de route de tous les congrès antifascistes de l'entre-deux-guerres, l'hôte bienvenu des décades de Pontigny, romancier, polémiste, résistant, a-t-il en 1943 basculé dans la collaboration la plus noire oe

    Un grand homme : le roman passionnant d'une impossible expiation et d'une des périodes les plus fascinantes de l'Histoire.

  • Depuis plus de deux cents ans, la villa médicis est le siège de l'académie de france à rome créée par louis xiv et jouit d'un prestige unique au monde.
    Dans un lieu d'une beauté inouïe, elle accueille des artistes, des écrivains, des réalisateurs, des historiens de l'art. succédant à des directeurs illustres, dont le peintre balthus, pierre-jean rémy l'a dirigée de 1994 à 1997. des créateurs du monde entier, des mécènes s'y sont rencontrés. ce livre raconte avec passion et humour la vie intense de la villa médicis. querelles picrocholines, fantasmes ministériels mais aussi grands moments de création.
    Amusé et grinçant, poétique et rêveur, ce journal constitue un tableau unique de la " vie d'artiste " mais aussi du bonheur d'être à rome.

  • A nouveau réunis dans un train de luxe qui emmène cette fois vedettes de cinéma, artistes, journalistes et stars du Tout-Paris d´aujourd´hui jusqu´à Istamboul, où aura lieu la première mondiale du film qu´on a tiré des souvenirs de Paul de Morley, l´ambassadeur et Lise retrouvent des visages et des souvenirs qui sont ceux de la nostalgie et de l´aventure.
    De l´intrépide Isabelle Stroumza, perdue dans un train bloqué par la neige en Roumanie, à Natalia, la ballerine brisée, ce sont autant de regards farouches ou désespérés qui passent devant nous, au gré des haltes et des paysages. Et tandis que ce train de luxe roule lui-même vers d´autres aventures - quel mystère, encore, au bout du voyage ? - les destins se nouent. Celui d´Irène, la femme laide, qui aime à Vienne jusqu´au crime, et celui de Sonia, la Berlinoise de vingt ans qui va refuser l´ordre nazi. A leurs côtés, beaucoup d´autres, déchirantes ou ironiques : Bianca et Massimo, les jumeaux pâles d´une Venise noire ; Margareth, guide trop zélée d´un écrivain français égaré dans l´Allemagne en guerre ; ou Carla, fille d´une chanteuse illustre qu´on retrouve à Vienne, à mendier dans les ruines.
    Comme Orient-Express I, c´est toute la nostalgie d´un temps révolu que Pierre-Jean Remy raconte avec délices au rythme de ces trains légendaires eux aussi disparus qui allaient de Sofia à Berlin et de Vienne à Venise. Et plus encore peut-être qu´Orient-Express I, Orient-Express II est un livre magique où l´aventure et l´amour finissent toujours par se retrouver dans de miraculeuses descriptions de palais baroques, de gares perdues, de foules déchaînées et de trains de luxe qui nous entraînent très loin sur les chemins du rêve et de l´évasion.

  • Angoulême 1953 : la France du président Laniel, embourbée dans ses crises et ses grèves. Un homme de quarante ans, député honorablement connu d´une république déjà agonisante, renoue avec la province et son passé. Dix-sept ans plus tôt, il y a aimé, dans les ivresses du Front Populaire, une ouvrière de la ville basse qui affirme aujourd´hui avoir eu une fille de lui.
    Simple vérité ou chantage ? Un piège va se refermer qui conduira peut-être à la folie car, entre l´homme et la jeune fille, une passion qui n´a pas de nom est née.
    Du calme provincial de la promenade des remparts sur la Charente où s´alignent de hautes maisons à la violence d´un été rouge et brûlant, Pierre-Jean Remy en grand romancier nous entraîne dans une aventure aussi tendre que noire, aussi trouble que lumineuse, marquée du signe de la rédemption.
    Un roman ironique et cruel en forme de confession où le meurtre et l´amour se répondent avec une lucidité désespérée.

  • Annette ou l´Éducation des filles pourrait bien être le roman vrai de la IVe, République vue par une gamine délurée et ambitieuse qui, très tôt, a su juger les hommes et les répartir en deux catégorie : les imbéciles et les salauds. Des premiers il faut se servir, et se jouer des seconds.
    Mais si Annette part à la conquête du monde, c´est d´abord parce qu´elle recherche la passion. Après une assez remarquable vie de province dans l´Angoulême du début des années cinquante, Annette monte à Paris avec un jeune homme de très bonne famille. Elle a seize ans et, dès lors, sa vie se déroule au rythme des « scènes de la vie parisienne ».
    Au fil des ans et des gouvernements, Annette observe et juge. Elle croît en sagesse et en beauté, elle court toujours après la passion et la volupté. Elle a vingt et un ans quand le général de Gaulle revient aux affaires, c´est la fin de son éducation et d´une république. Sa vie ne fait que commencer.
    Des salons de province aux officines de la capitale, des grands bourgeois aux petits écrivains, parmi toutes ces silhouettes qui ont hanté le Paris des années cinquante, étudiants, journalistes, militants de tous bords, tandis que s´achève la guerre d´Indochine, commence celle d´Algérie, que Budapest se soulève et que Roger Vadim invente Brigitte Bardot, les clés sont nombreuses.
    A travers le regard ironique et grave d´Annette, Pierre-Jean Remy raconte les années d´apprentissage d´une génération, la sienne, celle de ceux qui sont maintenant au pouvoir. Chacun y reconnaîtra les siens.

  • Pandora

    Pierre-Jean Rémy

    Pandora, ou l´invitation au rêve, à la musique et au mystère, sur le rideau de la scène du temps perdu...
    Rouge et or, corridors, coupoles, vertigineuses coulisses et abîmes creusés dans les entrailles mêmes de la terre, voix de femmes qui flottent très loin : pourrait-on imaginer plus fantastique décor à une histoire d´amour et de mort que l´Opéra de Paris entre les deux guerres ?
    Bien des films, bien des livres nous ont déjà fait découvrir ce superbe labyrinthe d´escaliers sans fin et de caves sans fond. Mais ce que Pierre-Jean Remy a tenté ici, c´est une nouvelle exploration de ce domaine de l´impossible, guidé par la passion de l´opéra et du mystère qui l´anime. D´où ce mélange fou de voix et de couleurs, de meurtres et de musiques.
    L´histoire ? Celle de « l´opéra maudit » : Pandora. Cari Palladio, son auteur, le réalise dans le Paris des années 30, celui du Boeuf sur le toit et du 6 février. Mais toutes les chanteuses pressenties pour créer le rôle disparaissent tour à tour. Et puis, des ombres rôdent... Une ombre. L´homme en noir ? Le retour du fantôme de l´Opéra cher à Gaston Leroux ? Chaque fois que Cari Palladio s´installe dans son avant-scène, la loge dite du « Président de la République » qui domine la fosse d´orchestre côté jardin, des chuchotements viennent à lui et des odeurs de roses... Tandis qu´une à une - Anna, Maria, Eva... - les femmes qui pourraient être Pandora s´évanouissent dans la nuit du palais Garnier.
    Simples enlèvements ? meurtres ? Et si c´était toute l´histoire de l´opéra qui était en jeu ? Carl a vécu à Vienne, mais c´est à Florence qu´il a composé son oeuvre. Florence où l´opéra est né à la fin du XVI siècle, mais aussi Florence fasciste de 1934 où Carl emmène chaque fois la femme qu´il aime... Aux dédales de l´Opéra de Paris répondent ceux des palais de Florence et le fabuleux corridor de Vasari qui relie sur le Ponte Vecchio les deux rives de l´Arno. Deux mondes, deux musiques...
    Quand, après mille angoisses et autant d´appels déchirants, le rideau se lèvera enfin sur la légendaire première de Pandora le 27 décembre 1934 à Paris, quel sera le sort de Clara, la dernière chanteuse qui, sur la scène flamboyante et devant un parterre étincelant, a osé défier le destin ?
    Carl Palladio, penché à l´avant de sa loge, retient son souffle. Frédéric, le narrateur, qui a peut-être trouvé à Florence la clé du mystère, saute d´un taxi Gare de Lyon. Mais dans la pénombre de l´avant-scène, une silhouette qui a perdu sa voix veille...

  • Diplomates en guerre

    Pierre-Jean Rémy

    • Lattes
    • 14 Novembre 2007

    Les Archives du Quai d'Orsay recèlent d'infinis joyaux, Trésors et secrets du Quai d'Orsay, publié chez Lattès en 2001 avait offert un florilège des cinq siècles d'histoire de France et du monde. Diplomates en guerre est aussi un document exceptionnel. Pierre-Jean Remy avec l'aide des conservateurs des Archives, a rassemblé et commenté plus de 200 documents qui racontent de 1938 à 1945, huit années de l'avant-guerre et de la guerre, mois après mois, presque au jour le jour, heure par heure. La première partie de l'ouvrage envisage les mois qui précèdent l'affrontement jusqu'à l'Armistice de mai 1940. La montée du drame, la fièvre, les moyens mis en oeuvre pour préserver la paix alors qu'Hitler se faisait plus menaçant, sont admirablement restitués.

  • Quatre enfants rêvant de devenir magiciens se présentent au maître sorcier Alto Incantador qui devra au final n'en garder qu'un. Commence alors un voyage initiatique qui leur apprendra à surmonter leurs peurs et les obligera à révéler tous leurs talents. Arrivés au bout de leurs épreuves, avant d'annoncer l'enfant élu, le grand sorcier leur racontera ses mésaventures du temps où lui aussi était apprenti sorcier... L'occasion de redécouvrir le célèbre morceau de Paul Dukas.

    - L'Apprenti Sorcier popularisé par le dessin animé de Walt Disney Fantasia est ici augmenté d'un récit palpitant signé Jean-Pierre Kerloc'h et de pièces musicales (Berlioz, Moussorgski, Saint-Saëns...) réunies autour d'un thème commun, la sorcellerie.

    - Un voyage initiatique intense, dans des lieux étranges, parfois effrayants, qui appelle les enfants à se surpasser, apprendre la solidarité et découvrir les pouvoirs qui sommeillent en chacun.

    - Un récit porté par les multiples voix de Natalie Dessay, conteuse ensorcelante, qui incarne tous les personnages avec brio.

    - Un livre-disque sublimement mis en image par un Rémi Saillard à l'imaginaire débridé, qui livre ici des tableaux puissants, réalisés à la carte à gratter, magnifiant l'intensité dramatique du récit.

    Ecoutez des extraits audio sur www.didier-jeunesse-musique.com

  • Aujourd'hui, « cuisiner solaire » sort de l'anecdotique. Un nombre croissant de passionnés pratique régulièrement durant une grande partie de l'année. Certains arrivent ainsi à diminuer leur consommation de gaz de 50 à 70 % sur une période pouvant dépasser 7 à 8 mois, preuve que le soleil peut rendre d'appréciables services au-delà des mois d'été et jusque dans le nord de la France.

    Signe des temps, des modèles prêts à l'emploi sont disponibles dans le commerce. Mais on constate surtout un fort développement de l'auto-construction. Ce livre arrive donc à point nommé !

  • Amoureux de l'opéra ? mais nous le sommes depuis nos quinze ans...
    Quand nous faisions la queue, dès cinq heures du matin, devant les grilles fermées du palais garnier pour obtenir l'une de ces fameuses " stalles de face " qui permettaient de tout voir et de tout entendre, fût-ce de très haut... amoureux de l'opéra ? nous le sommes resté toute notre vie. en classant par ordre alphabétique nos passions, nos amours et parfois nos regrets, c'est tout cela que nous tentons de faire partager à ceux qui les partagent déjà un peu, beaucoup, passionnément.
    Mais nous ne sommes ni musicologue, ni historien de la musique. nous ne parlerons que de nous, face à des chefs-d'oeuvre ou à de simples divertissements, en nous souvenant de voix aimées, de moments disparus. nous avons donc choisi de présenter par ordre alphabétique d'abord des opéras, chanteurs et chefs d'orchestre. les premiers, parce que c'est là le coeur de ce dont nous voulons parler, les seconds, parce que ce sont eux qui nous ont fait aimer ou qui nous font encore aimer tant d'oeuvres.
    De même, nous sommes-nous attardé sur quelques hauts lieux, théâtres d'opéra et festivals, du monde lyrique d'aujourd'hui.

empty